16 juil. 2015 18:02
 -  16 juil. 2015 18:02

Aujourd'hui je vais commencer par parler du numérique et puis de quelques tendances qui m'inquiètent un peu.


Si on recherche les origines de mots "numérique" et "digital" on peut se rendre compte qu'ils sont presque synonymes :

    * Le terme « numérique » vient du latin « numerus » (« nombre », « multitude ») et signifie « représentation par nombres ».
    * Le terme anglais « digital » vient du latin « digitus » qui signifie « doigt » ; en anglais « digit » désigne un chiffre.


Alors, le numérique c'est tous les systèmes, dispositifs ou procédés employant un mode de représentation discrète qui transforme les informations ou les grandeurs physiques au moyen de caractères (tels que les chiffres) ou de signaux. (Plus d'infos)


J'ai trouvé l'introduction de cette vidéo pour décrire le numérique pas mal du tout (elle finit à la minute 1:33) :

Je vais lister les métiers dont la vidéo parle un peu :

- Ingénieurs en informatique industriel
- Analystes réseaux
- Ingénieurs commercial
- Techniciens informatiques
- Architectes de solutions
- Développeurs en support informatique
- Chefs de projet


Mais ce qui m'intéresse c'est la phrase du monsieur juste après la définition.

    "J'ai besoin de gens qui sont curieux, qui sont dynamiques et qui sont de la génération Internet. Ce sont des jeunes qui sont très ouverts sur le monde, ils ont une mission, quelque chose à accomplir, ils ont une passion, je pense que c'est un élément particulièrement important."

Il existe différentes générations que les psychologues ont baptisées à travers le temps et qui ont des caractéristiques très spécifiques, notamment :

    * Génération silencieuse (1925-1942)
Marquée par la guerre et un choix de vie plus limité. Le travail était vraiment important et le sens du devoir était prononcé ce qui évitait des problèmes par rapport à l'autorité car la loyauté était incluse. En termes de gratification, ils cherchaient à être rémunéré en salaire et en avantages sociaux. Les technologies de l'information et des communications commençaient à peine à apparaître ce qui était un peu lié à la spécialisation dans un seul métier.


    * Baby Boomers (1943-1959)

Caractérisée par de nombreux choix de vie. Ils entraient sur le marché du travail avec des possibilités d'emplois exceptionnelles et cela a renforcé les valeurs familiales. De l'autre côté, le nombre de divorces augmentait du fait d'être centrés sur le travail et de la valorisation sociale liée à la carrière. Le professionnel était si important que le respect de l'autorité et de la structure hiérarchique n'étaient pas remis en question, les collaborateurs ont commencé à faire partie d'une famille. Ils sont d’anciens idéalistes et nostalgiques, plutôt matérialistes. Ils sont les instigateurs des réformes sociales, des rébellions, crient pour la liberté, veulent changer le monde.


    * Génération X (1959-1977)
La confrontation à une pénurie d'emplois a donné lieu à une attitude égocentrique et sarcastique. La dynamique du travail avait changé car ils recherchaient des défis, ils avaient besoin d'apprendre, de se développer, d'expérimenter...ils voulaient une assignation de responsabilités au lieu de juste des tâches. L'autorité a commencé à être défiée aussi puisqu'ils voulaient prendre des décisions, déterminer des objectifs et innover, ils croyaient plus dans la structure hiérarchique (au travail et à la maison). Apparition de nombreux entrepreneurs et artistes, ils commençaient à se centrer sur leurs propres besoins. Ils se sont rendus compte que la vie n'était pas que travailler, alors les gratifications devaient être immédiates et d'autres bénéfices étaient demandés. Évolution dans le multiculturalisme, l'égalité des sexes et l'écologie.


    * Génération Y (1978-1994)

Appelée aussi « Génération millénaire » ou la « E-generation » en référence à internet, ils ont connu la technologie depuis leur naissance. L'accès à l'information à tout moment et partout a donné lieu à une ouverture sur le monde où les valeurs ont perdu leurs qualités, la distinction entre le bien et le mal est floue. Cette dernière est une raison pour laquelle il existe une rébellion face à l'autorité, la ponctualité, la courtoisie, le port du costume. Ils sont fortement intéressés dans le matériel et l'hyperconsommation est toujours présente. Ils cherchent l'équilibre entre le travail, la famille et le loisir. En parlant du travail, il doit avoir quelque chose à offrir, soit du plaisir soit être stimulant, ils préfèrent du coaching plutôt qu'un supérieur. Cette génération est plus critique et pourtant cherche de nouvelles idées et des résultats rapides.

Source

    * Génération Z (1995-présent)
- 25% de la population (20 ans et moins)
- 60% entre eux veulent faire une différence
- Synonyme de "TECHNOLOGIE"
- 25% de leurs vies en face d'un écran
- 74% sont dans des dispositifs mobiles
- Ils utilisent leur téléphone par tout : au lit, aux toilettes, en regardant la télé, en conduisant, en marchant, à l'école.
- 79% ont des signes de détresse émotionnelle quand leurs appareils sont enlevés

En savoir plus


Ce sont ces derniers qui m'inquiètent.

Même si je ne suis pas d'accord avec la partie "génération d'idiots"...


Tous ces facteurs modifient le futur de la technologie car elle devra résoudre des besoins liés à la communauté, la confidentialité, l'interface, la communication et la créativité. Dans un monde où les Z font facilement et plus jeunes des entretiens, des notes personnelles, ils écoutent l'environnement social, ils accèdent à l'ensemble des données publiques... On se rend compte qu'ils ont besoin de contrôler le contenu, de communiquer de toutes les façons possibles, d'imposer leurs barrières privées, de nouvelles idées (ils sont ouverts à toute forme de créativité, innovation, technologie) et de toujours avoir des nouvelles solutions (par rapport aux supports et fonctionnalités utilisés dans leur quotidien).


Du moment où ils ne flânent plus ensemble dans des espaces ouverts, ils font des rencontres sur internet peu importe leur âge. A travers des sites, des applications, des réseaux sociaux... Mais parfois être à fond sur les médias a son implication, par exemple le "dark social" que malheureusement les jeunes ne savent pas toujours différencier.
L'envie d'avoir une identité s'oppose à être anonyme, la protection de données personnelles devient un gros problème. La communauté est locale et globale en même temps, peu importe le fait d'habiter à l'autre bout du monde et de ne jamais s'être vus en personne...les "amitiés" à travers les réseaux sociaux ne distinguent pas les barrières du territoire, langue, culture, âge. Contrairement, la plus grande partie de la génération échangerait ses amis virtuels pour des vrais.
L'accès à l'information au moment même permet de faire circuler des affaires de gens plus âgés comme la politique, les problèmes environnementaux, la guerre, etc. Est-ce le type de conversations qu'ils devraient avoir ?


La forme de communication à travers des textos, appels, smileys, images, vidéos, parfois quelques mots, messages vocaux, vidéo conférences est en train de déplacer la description d'une émotion, l'intimité d'un moment, d'une histoire vécue. Parler sans rien dire mais rester connecté n'est pas vraiment le mode de contact qu'ils devraient partager. Jouer ensemble est devenu un mélange entre hors de l'écran et sur l'écran mais l'ennui reste toujours présent.

Ils aiment bien essayer tout ce qui est nouveau (réseaux sociaux, technologie). Et quand leurs parents ne sont pas d'accord avec toute l'activité en ligne, c'est toujours plus facile de la cacher, aussi simple que paramétrer qui peut regarder tes publications.
Est-ce qu'ils cherchent peut-être à s'échapper de la réalité ?


Des problèmes liés à cette forme de vie sont apparus, tels que le manque d'attention avec une durée de 8 secondes en moyenne et le peu de capacité de concentration qui ne permettent pas d'accomplir des objectifs.


Tout ça me fait penser, est-ce que la technologie et le numérique nous aident vraiment ou est-ce qu'ils font de nous des êtres individualistes, égoïstes et perdus chacun dans son monde ?

16 avril 2015 14:01

Avez vous déjà eu le sentiment de ne plus pouvoir continuer ? Je m'explique...

Au travail, vous êtes tout le temps fatigué, vous sentez que tout ce que vous faites n'est pas suffisamment bon, vous manquez de motivation, vous ne pouvez plus vous concentrer ??


Ce sont quelques symptômes qui pourraient indiquer un burnout...


Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le burnout est "un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail."

Le terme est apparu en 1969 pour désigner un stress (l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement) particulier lié au travail.
On réservait l’expression aux employés du domaine de la relation d’aide (très engagés émotivement) : les infirmières, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants. Maintenant, on sait que tous les travailleurs - de l’ouvrier au chef d’entreprise - peuvent être exposés au burnout.


Cependant, c'est à partir du début des années 1990 que la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail commence à augmenter de façon alarmante. Ils incluent l’épuisement professionnel, la dépression, le stress post-traumatique, les troubles anxieux, etc.


A travers le temps, l’influence de facteurs économiques, socioculturels, politiques et technologiques, a redessiné le cadre de vie et les conditions de travail. Il y a donc différents niveaux où on va trouver les causes d'un burnout : organisationnel (entreprise/fonctions), interindividuel (relations aves les autres) et intraindividuel (personnalité).

Source : L'explosion des cas de «burn-out» inquiète les médecins du travail, lefigaro.fr


On peut aussi différencier plusieurs étapes :

1. La phase d’alarme : le stress persistant cause l’apparition de réactions caractéristiques indiquant la présence de stresseurs.
2. La phase de résistance : les stresseurs persistent malgré la disparition physique des réactions caractéristiques de la phase d’alarme, le métabolisme s’adapte à la situation et le corps devient plus résistant.
3. La phase de rupture : l’exposition continue aux stresseurs crée une rupture entraînant la réapparition des réactions caractéristiques de la phase d’alarme tout en les rendant irréversibles sans traitement approprié.
4. La phase d’épuisement : les défenses psychologiques du patient sont déréglées, il se rend donc émotionnellement invalide et vit dans une perpétuelle angoisse.

Plus d'infos...


Et chaque étape peut avoir des manifestations multiples, la classification de Carol Cordes et Thomas Dougherty distingue cinq catégories :

1. Physique : maux de ventre, maux de dos, troubles gastro-intestinaux, réduction de défenses immunitaires, rhume prolongé, troubles du sommeil.
2. Émotionnelle : sentiment de fatigue, d’épuisement, de sensation d’être vidé.
3. Interpersonnelle
4. Attitudinale : chute de l’estime de soi, état de tristesse, désespoir, anxiété. (En effet, le burnout peut être confondu avec la dépression, sauf que les causes ne sont pas les mêmes)
5. Comportementale : irritabilité, sensibilité aux frustrations, promptitude à la colère ou aux larmes, méfiance, attitude cynique, rigidité, usage d'alcool et/ou de psychotropes.


Un guide humoristique pour illustrer le comportement possible de quelqu'un avec un burnout.

Bon, la solution ?

- Premièrement gérer le stress des salariés d’une entreprise sur une démarche individuelle et personnalisée pour chaque salarié - JDN

- Maîtriser et réduire le stress : en disant NON, en délégant des tâches, en prenant du recul avec le travail et en affrontant les obstacles au bon moment.

- Faire partie du feel good management.

- Réaliser ses 10 pistes pour rester en forme au travail :
 1. Prendre un vrai petit déjeuner.
 2. Organiser la journée.
 3. Optimiser le poste de travail.
 4. Limiter les mails.
 5. S'hydrater.
 6. Fuir les interruptions.
 7. Tout ranger.
 8. Adapter la luminosité de l'écran.
 9. Goûter des aliments sains.
 10. Bouger un maximum.


Et en images...

Et si tout cela ne marche pas, je vous conseille d'aller chez le médecin du travail avant qu'il soit trop tard (oui, vous risquez même votre vie).

Bon après midi à tous ;) et bonne chance au boulot.

25 mars 2015 09:10

Qui n'aime pas prendre des photos?

C'est vrai qu'en général, il y a des gens avec beaucoup plus d'affinités pour la photographie que d'autres, mais...
Le fait de capturer des moments importants de notre vie, les paysages qu'on trouve dans nos voyages, des affiches marrantes, les délices qu'on goûte, les gens qu'on aime, des animaux et autres, est toujours intéressant et chacun peut faire son choix.

Avant de vous donner quelques conseils, un peu d'informations ;)


La photographie est une technique qui permet de créer des images par l'action de la lumière. Ces images sont désignées aussi comme photographies. Le terme photographie désigne également la branche des arts graphiques qui utilise cette technique : c'est l'« écriture de la lumière ». Et différents photographes ont utilisé cette dernière expression pour ses expositions.


Selon Jean-Jacques Milan : "La photographie est née officiellement le lundi 19 août 1839, date à laquelle le savant et député François Arago fit sa célèbre communication devant l'Académie des sciences. Cette « invention » résulte en fait d'une longue série de découvertes et d'expérimentations qui ont eu lieu pendant tout le début du XIXe siècle. Un événement décisif s'est produit lorsque le Français Nicéphore Niépce a réussi pour la première fois non seulement à enregistrer, mais surtout à fixer une image formée à partir de l'action de la lumière ; les choses n'en sont évidemment pas restées là. Les procédés chimiques, seuls utilisés pendant près de deux siècles, ont connu d'innombrables améliorations ; après avoir atteint leur apogée à la fin des années 1980, ils cèdent aujourd'hui la place à des procédés purement électroniques."

C'est vrai que pour devenir un expert il faut beaucoup de choses mais quelques conseils basiques ou "la photographie pour les nuls" sont :

1. Choisir le bon matériel, en gros votre appareil photo, l'objectif, les accessoires.

Dans la catégorie Photographie, on trouve quelques guides pour apprendre à utiliser notre appareil photo avant de se lancer dans l'aventure.

Et si vous faites partie du mouvement des makers, voici comment faire votre propre flash LED :)

2. Connaître l'argot
3. Apprendre les bases, à l'aide des différents livres, blogs, vidéos et pourquoi pas, de guides. La sensibilité, l'exposition, la lumière, les perspectives...


Voici quelques astuces pour faire des photos originales, vous pouvez aussi suivre l'auteur sur Youtube dans la chaîne COOPH qui nous montre les avantages de la co-création en terme de photographie.


Vous pouvez aussi créer des guides coopératifs en utilisant les fonctionnalités de Groupes et Partage des guides ;)

4. L'échange avec les PRO

Une amie avait partagé le vidéo en dessous et je trouve que ce sont vraiment des conseils faciles à mettre en oeuvre.

Finalement...


On aime bien partager !!

A ce propos, quelques applications pour éditer les photos depuis les smartphones :

Android
- Focal
- Camera 360 Ultimate
- Cymera
- Zoom Appareil Phot
- Groopic

iOS
- Pic Collage
- EyeEm
- PicItEasy
- Pho.to Lab
-Cartoonatic


Parmi les logiciels, il y a ceux qui sont gratuits et ceux qui ne le sont pas :
- Adobe Photoshop
- Adobe Illustrator
- PhotoFiltre
- Gimp
- PaintShop Pro


Les réseaux sociaux créés expressément autour de la photographie :

- Instagram où on prend directement des photos et on peut les éditer facilement avant de les mettre sur le web.
- Pinterest pour les passionnés. Partager vos photos, albums, vidéos et tout ce qui nous touche.
- Flickr où on partage nos photos et vidéos avec qui on veut.


C'est rare de trouver un réseau social qui n'utilise pas de photos...


Chez PeoplBrain, un de points forts c'est que toutes les images sont au format 16 / 9 ème, en autres mots 1920px * 1080px ou plus facilement FullHD. Cela permet d'avoir des guides avec des bonnes images qui parfois n'ont même pas besoin des annotations.


La création de guides est si simple qu'on peut bien créer un album photo sur le site :P

Maintenant, c'est à vous de jouer et si vous avez quelque chose à partager, n'hésitez pas à créer des guides pour qu'on puisse tous en profiter et devenir meilleurs photographes ;)

Que ce soit dans votre site web, blog, forum, réseau social...PeoplBrain peut toujours être présent avec son permalink (comme Youtube) ou plus simple en cliquant sur les boutons de partage.

13 mars 2015 09:14

Quand j'ai commencé à écrire cet article, je me suis rendue compte que je ne connaissais même pas la différence entre un objet connecté et l'Internet des objets, alors c'est important de commencer par le début.


L’Union Internationale des Télécommunications (UIT) défini l'Internet des objets comme :

“Une infrastructure mondiale pour la société de l'information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l'information et de la communication (TIC) interopérables existantes ou en évolution.” 1


D'une façon plus simple, l'IdO (ou IoT en anglais) permet la connexion entre le monde réel et le monde virtuel, donc des objets à travers de l'Internet.

D'autre part, ma définition préférée pour les objets connectés est celle que j'ai trouvé dans le Dictionnaire du Web :

"Types d’objets dont la vocation première n’est pas d’être des périphériques informatiques ni des interfaces d’accès au web, mais auxquels l’ajout d’une connexion Internet a permis d’apporter une valeur supplémentaire en terme de fonctionnalité, d’information, d’interaction avec l’environnement ou d’usage." 2

Les objets connectés font partie de l'IdO car ils sont reliés à Internet grâce auquel ils peuvent communiquer avec d’autres systèmes pour obtenir de l’information et après normalement, la fournir.


Pourtant, on pourrait dire que l'on parle de la même chose ou au moins qu'ils sont interdépendants parce qu'un ne pourrait pas exister sans l'autre.


Voici une infographie du Journal du Net pour illustrer où sont les français à propos de ce sujet.

Mais attention, connaître quelques types d'objets connectés ne veut pas du tout dire les utiliser...

Par exemple, le résultat d'un sondage à travers le JDN nous montre qu'il y a 25% de 659 votes qui pense acheter un objet connecté dans les mois qui viennent. Même si le pourcentage est important, on ne sait pas exactement quand ils vont l'acheter et on parle d'un seul type d'objet connecté...


Des chiffres du marché en terme d'objets vendus en 2014 3 :
- 190 000 montres intelligentes
- 250 000 montres "sport" dotées de GPS
- 200 000 bracelets de suivi d'activités
- 100 000 drones de loisirs et gadgets
- 50 000 produits de santé (comme des balances, brosses à dents, tensiomètres)
- 20 000 thermostats


Selon le groupe de recherche en marketing GfK (dans le même article), il y aura 2 milliards d'objets connectés vendus entre 2015 et 2020 en France. Un chiffre qu’inclut les "wearables", drones de loisirs, objets de santé, équipements de la smart home, mais aussi les biens techniques (ordinateurs, tablettes, smartphones, appareils photos, équipements audio...) et les voitures.


Et si vous voulez lire à propos des objets connectés vraiment incroyables, voici le lien.

Si on prend en compte l'évolution de l'IdO à travers cette quinzaine d'années, on trouve que les opportunités de productivité et rentabilité pour les entreprises ne peuvent plus qu'augmenter.


Une autre étude dévoile que les entreprises généreront 90% des revenus liés aux objets connectés et les services associés pèseront 70 milliards de dollars. Je suis un peu sceptique à ces chiffres mais je suis sûre que c'est le bon moment d'investir et de planifier autour de ces technologies si elles sont pertinentes dans notre domaine d'activité.


Je pense que PeoplBrain serait un lien parfait pour faciliter l'intégration des objets connectés dans le quotidien des gens. Ce qui pourrait être encore plus intéressant pour les entreprises car elles pourraient bien créer des guides à propos les nouveaux produits et / ou services proposés en utilisant des images et annotations faciles à comprendre pour tout le monde. Ainsi, la barrière qu'on à tous par rapport à la peur du changement serait diminuée.


Quand on vient d'acheter quelque chose de nouveau (et parfois cher), qu'on n'est pas sûr de comment l'utiliser et qu'on ne veut surtout pas casser...la première chose qu'on fait après avoir enlevé l'emballage c'est lire les instructions pour savoir comment bien l'utiliser. C'est presque un reflex :P
Et si on ne comprend pas bien les instructions, régulièrement on demande à nos proches de nous expliquer comment faire.

Pourquoi ne pas donner à vos utilisateurs la possibilité d'une nouvelle façon d'apprendre, une façon plus simple de découvrir vos produits ?
Devenez cet ami qui sait tout et qui nous aide à n'importe quel moment et lieu.

La dématérialisation de modes d'emploi, manuels et notices est déjà réalisable...le numérique avance à pas géants. Les avantages se multiplient (par exemple), vous risquez juste de ne plus vouloir faire vos manuels à l'ancienne.


Feriez-vous partie de cette révolution??

4 mars 2015 13:00

Suite à la fin du Salon International de l'Agriculture qui s'est déroulé du 21 février au 1 mars 2015 à Paris, je me suis mise à la recherche d'un peu plus d'information.


Pourquoi?

Premièrement parce que mon grand-père à une plantation, deuxièmement parce qu'à travers le temps, l'être humain a laissé un peu de côté ce secteur si important (oui, on a tous besoin de manger :P ) et bon, finalement parce qu'à l'école il y a eu une vente des paniers des écoliers qui m'a fait réfléchir.

Alors, quelles sont les nouvelles tendances?


Ça fait quelques années qu'on parle du numérique dans l'agriculture (articles de 2012), même si c'est aujourd'hui où il est vraiment en train de se mettre en place et prendre plus d'importance.


Vidéo surveillance
- Pour les bêtes dans les étables
- Identifier la présence de variétés indésirables de semences
- Trouver des insectes et éviter les mauvais ravageurs


L'agriculture de précision
Principe de gestion des parcelles agricoles qui vise l'optimisation des rendements et des investissements à travers de nouvelles technologies, telles que l’imagerie satellitaire et l'informatique. Elle s'appuie sur des moyens de localisation dans la parcelle dont le système de positionnement par satellite de type GPS, des capteurs et des drones.


Aux Etats-Unis, en juillet 2014, la réalité du numérique dans l'agriculture de précision d'un coup d’œil...

Logiciels de gestion
- Gestion Parcellaire
- Gestion Commerciale
- Gestion Viticole
- Gestion Financière
- Applications smartphones agricoles (Android et iOS)


Une liste de logiciels existants en 2003.


Internet des objets
- Tracteurs
- Moissonneuses-batteuses
- Semoirs
- Pulvérisateurs

"Un réseau qui permet de mémoriser, commander et centraliser les fonctions, les réglages et les données produites par la totalité d'un parc de machines. Cela permet déjà à des machines agricoles de marques différentes de communiquer entre elles, autorisant une centralisation du traitement des données. "

En savoir plus

Agriculture urbaine
Les plantes peuvent en quelque sorte exprimer leurs besoins en eau, lumière, chaleur... et parfois déclencher une alerte ou une opération particulière, un arrosage par exemple, sans gaspillage.


Permaculture
L'art de vivre qui associe l'art de cultiver la terre pour la rendre fertile indéfiniment avec l'art d'aménager le territoire.


Voici ce que l'entreprise John Deere pensait en 2013 de l'agriculture dans un futur...

La somme de toutes ces nouveautés nous donne : la ferme connectée.


De jour en jour, des nouveaux acteurs et événements apparaissent dans cet horizon en essayant de créer plus de conscience dans l'esprit des gens.

Les derniers que j'ai trouvé :

- Nantes Ville Comestible (agriculture urbaine) et un article sur Say Yess à propos
- Du Green dans le Gris (concours d'agriculture urbaine connectée) et un article


On se rend compte alors que l'échange de connaissances via Internet est un enjeu crucial en majeure partie pour les tendances.


Les agrinautes/agrisurfeurs: une étude de l'institut BVA parue en 2013 établit que deux agriculteurs sur trois utilisent internet pour leurs besoins professionnels. Imaginez que ce pourcentage a dû augmenter jusqu'à présent. En plus, les réseaux sociaux continuent à accroître et à gagner de la notoriété dans les différents secteurs d'activité.


Cependant, en reprenant la dernière section de l'article sur Say Yess "Au cœur du projet : le partage de connaissance" qui dit que l’outil numérique permettrait au collectif d’organiser le partage des connaissances, de créer des tutoriaux et des applications pour aider les motivés…

Les tutoriaux existent depuis longtemps sur la forme des vidéos sur Youtube mais un guide est beaucoup plus facile à créer : une image + une annotation = une page
Puis, on doit juste ajouter les différentes pages qui correspondent aux pas à suivre pour faire/réaliser/préparer/améliorer telle ou telle chose.

C'est drôle parce que parfois, les bonnes idées, les bons/bonnes applications-logiciels-plateformes ne sont pas connus au bon moment. Ce que je veux dire c'est que j'ai déjà trouvé cette solution sur PeoplBrain dont son principal objectif est de faciliter la création, le partage et la diffusion du savoir sous forme de guides pas à pas.

Les possibilités d’exploitation de ce site web avec toutes ses fonctionnalités (en constant innovation, par exemple les nouveautés aujourd'hui) pourraient aider les acteurs de l'agriculture moderne.


Cette startup nous propose de faire "de Peoplbrain, le Wikipédia du guide pas à pas !" et si on ne veut pas partager un guide avec le monde, on a toujours des possibilités pour le sécuriser. Et pourquoi pas?


Des guides essentiels comme par exemple :
- Comment réussir une plantation hydroponique ?
- Comment paramétrer son nouveau drone de surveillance de parcelles ?
- Comment créer son propre potager sur le toit ?
- Comment économiser de l'eau avec une plantation verticale ?

Pourraient bien être l'introduction aux nouveaux agriculteurs...un espèce de "Agriculture pour les nuls" mais avec des images et textes synthétisés.

3 mars 2015 16:25
 -  3 mars 2015 16:25

Je sais que je suis un peu en retard mais je voulais quoi même créer un petit article pour ces merveilleuses personnes qu'on appelle "aïeule", "bonne-maman", "grand-maman", "grand-mère", "mémé", "mémère", "mamie", "mère-grand".


Cette fête a commencé en France il y a plus de 20 ans, grâce à la marque de café "Grand'Mère" et puis les biscuits "Bonne-Maman". Premièrement c'était juste pour le but commercial mais après elle est devenue l'occasion de remercier tous les gâteaux, toutes les caresses, les gâteries, bref, tout l'amour qu'elles nous donnent.


La date est fixé au premier dimanche de mars mais ça change par rapport au pays:
- Bulgarie : premier mercredi de décembre.
- Etats-Unis et Canada : premier dimanche de septembre (pour les grand-parents)
- Mexique : 28 août (pour les grand-parents)


Normalement on fête les deux grand-parents mais il y a des exceptions comme la France où chacun à sa fête.


Voici quelques idées cadeaux pour elles :
1. Elles adorent les choses pour décorer la maison.

Elles nous font toujours à manger et on risque jamais d'avoir faim dès qu'on arrive chez elles et même pas dans le trajet pour rentrer.

Alors, pourquoi pas préparer quelque chose qu'elles aiment?

2. Choisissez son gâteau préféré...

3. Après une longue journée, aidez mamie à se relaxer ;)


(L'auteur a crée beaucoup des guides de massages différents à choisir)

C'est à vous de choisir ce que vous pensez qui va lui plaire le plus.

Essayez de les aider à faire le ménage, la vaisselle, un peu de jardinage, ce sont ces petites actions qui montre que l'on souhaite qu'elles soient bien, tranquilles.

De toute façon, le plus important est d'être avec elles et profiter tout le temps possible.

Gros bisous à mes grands-mères !!



Crédit image : Le Cyber'Mag de Marjorie